Comment choisir son matériel pour le ski de randonnée ?

Comment choisir son matériel pour le ski de randonnée ?

Pour partir à la découverte de la montagne sauvage et aller hors des sentiers battus, de nombreux amateurs de sports de glisse se tournent vers le ski de randonnée. Afin d’évoluer aussi bien sur des dénivelés positifs que négatifs, cette discipline exige un matériel technique. Skis, fixations, peaux de phoque et couteaux : suivez notre guide pour choisir l’équipement qui vous convient.

Les critères essentiels pour choisir son matériel de ski de randonnée

Les critères essentiels pour choisir son matériel de ski de randonnée

Le ski de randonnée se pratique en hors-piste. Il emprunte au ski de fond pour évoluer en montée, avant de prendre de belles descentes comme en alpin. Les skis de randonnée ont donc des spécificités techniques propres, et des fixations qui permettent de libérer l’arrière du pied pour avancer en glissant. Ils sont parfois munis d’un système anti-recul à écailles, mais pour une adhérence maximale, peu importe la qualité de la neige, les peaux de phoque et les couteaux viennent à la rescousse. Le ski de randonnée permet d’évoluer en toute liberté et de partir à la recherche de belles pentes de poudreuse. Mais pour résister aux longs parcours, le poids de votre matériel de ski de randonnée sera un critère essentiel. Vous devrez donc trouver un équipement aussi léger que possible, et qui vous assurera une sécurité adaptée à votre niveau.

Comment choisir son ski de randonnée ?

Comment choisir son ski de randonnée ?

La quête de légèreté que nécessite le ski de randonnée s’impose dès le choix du matériel. Plus lourd qu’un ski de fond, mais plus léger qu’un modèle alpin, il doit vous permettre des descentes sécurisées sans devenir handicapant en montée. Pour assurer une bonne flottabilité dans la poudreuse, ils sont également plus larges que les skis de fond. Ils se divisent en 3 catégories :

  • Traditionnels : longs et étroits, ils privilégient la performance au confort.
  • Paraboliques : la spatule et le talon sont plus larges que le patin.
  • Larges : ils assurent une très bonne flottabilité dans la poudreuse.

Pour choisir son ski de randonnée, il faut prendre en compte sa pratique :

  • Ski Randonnée Polyvalent : pour s’initier au ski de randonnée sur des zones balisées ou s’offrir des escapades régulières, les modèles paraboliques seront de très bons compagnons. Ils vous apporteront stabilité et maniabilité en descente, et ne seront pas handicapants pour affronter d’occasionnels dénivelés positifs. Pour choisir la dimension des skis de randonnée, il faut mesurer sa taille et ajouter jusqu’à 10 cm selon son niveau de pratique.
  • Ski Freeride : les montées ne vous font pas peur tant que vous pouvez vous offrir de belles descentes en poudreuse. Il vous faudra alors choisir un ski de randonnée large pour combiner flottabilité et maniabilité. Si vous partez sur une largeur de patin comprise entre 85 et 95 mm, la taille de vos skis devra être égale à la vôtre. Pour un matériel vraiment profilé descente (patin entre 95 et 120 mm), quelques centimètres supplémentaires vous apporteront un meilleur confort.
  • Ski Randonnée Light : cette pratique est réservée aux initiés. L’idée est de partir se mesurer à de nombreux dénivelés positifs. La légèreté et la performance vont donc primer au détriment du confort en descente. Des skis étroits seront vos meilleurs alliés pour les montées. Toujours dans l’optique d’optimiser le poids de votre matériel, vous pourrez choisir une taille de ski de randonnée jusqu’à 20 centimètres inférieure à la vôtre, sans descendre en dessous des 160 cm. Sachez cependant que plus votre ski sera long, plus il sera confortable en descente.

Comment choisir sa fixation ?

Comment choisir sa fixation ?

En alpin, votre fixation maintient en permanence l’avant et l’arrière de votre pied au contact du ski. En ski de randonnée, vous devrez choisir une fixation qui peut vous assurer cette position pour les descentes, mais également libérer le talon pour faciliter la glisse des spatules dans les montées. Il y a 3 grandes familles de fixation de ski randonnée.

À plaques

Elles ressemblent aux fixations de ski alpin. Le réglage de la valeur de déclenchement se fait à l’avant et à l’arrière. Les deux parties sont liées par une plaque articulée. Cela permet de régler la pointure, mais aussi de passer en mode « ski » ou « marche » grâce à un système de verrouillage. Elles sont également dotées de cales de montée de différents niveaux. Si elles sont très sécurisantes, elles sont de plus en plus délaissées car elles sont assez lourdes (1,6 kg la paire au minimum). Les débutants qui ne sont pas à la recherche de performances pourront être rassurés en descente par ce type de fixations compatibles avec des chaussures de ski classique ISO 5355.

À inserts ou Low Tech

Légères (entre 300 et 900 g la paire), elles n’offrent qu’un réglage de déclenchement au niveau de la talonnière. La butée propose deux positions : « ski » pour pouvoir déchausser et « marche » pour la bloquer. Certains modèles disposent de cales de montée réglables pour s’adapter à la pente. Ces fixations offrent peu d’élasticité, et sont donc conseillées aux skieurs confirmés. Elles nécessitent par ailleurs des chaussures adaptées. Notez que ces fixations se déclinent également en version compétition, et pèsent alors 300 g. Elles n’auront donc pas forcément de système de déclenchement à l’arrière, et la talonnière fixe n’offrira qu’une cale de montée modeste. Cet équipement minimaliste est à réserver aux experts du ski de randonnée.

Hybrides

À mi-chemin entre les deux modèles précédents, elles ont un poids supérieur aux fixations à inserts (entre 1 et 1,7 kg), mais permettent une sécurité maximale. Elles peuvent avoir une butée rotative qui donnera un peu de jeu à l’avant. Vous pouvez également choisir une fixation de ski de randonnée offrant un réglage de la valeur DIN de déclenchement sur l’avant, pour compléter celui de la talonnière. Enfin, la dernière déclinaison dispose d’une butée à inserts pour faciliter la marche, et d’une talonnière inspirée du ski alpin avec des cales de montée. Il faudra en revanche veiller à trouver des chaussures compatibles.

Pour faire votre choix, vous devrez vous intéresser au profil de vos sorties. Plus vous ferez la part belle aux montées, plus vous devrez choisir des fixations de ski randonnée légères. Pour les longues sorties, les fixations Low Tech vous permettront d’avoir un matériel qui offre un bon rapport poids/confort.

Pour plus de sécurité en descente, il est préférable de choisir des fixations hybrides. Ces dernières seront également parfaites pour les débutants à qui elles donneront un bon confort en descente et une précision correcte de déchaussage. Ceux que le poids n’effraie pas ou les freeriders pourront même redoubler de sécurité en faisant le choix d’une fixation de ski randonnée à plaques.

Comment choisir ses peaux ?

Comment choisir ses peaux ?

Pour pouvoir avancer en ski de randonnée, vous aurez besoin d’un système anti-recul efficace. De nombreux skis sont ainsi dotés d’écailles ou d’une zone de fart qui assure cette fonction. Cependant, il est conseillé d’utiliser également des peaux de phoque pour optimiser l’adhérence dans les conditions difficiles, comme sur les terrains gelés ou dans la poudreuse. Elles peuvent aussi être d’une très grande aide dans les montées très inclinées.

Une fois posées sous vos skis, les peaux de phoque permettent une glisse sans entrave lorsque vous allez vers l’avant. Une fois que vous arrêtez votre mouvement pour passer au pied opposé, le sens des fibres s’inverse, ce qui vous immobilise immédiatement.

Avant de choisir vos peaux de phoque, sachez qu’il en existe de trois types (et aucun d’eux n’est fait en peau d’animal) :

  • Peaux de phoque en synthétique : elles offrent une très bonne accroche, mais pêchent un peu au niveau de la glisse. Très résistantes, elles sont particulièrement intéressantes pour les sorties affichant de nombreux dénivelés positifs.
  • Peaux de phoque en mohair : ces modèles haut de gamme sont très performants en glisse, comme au niveau de l’adhérence. Ils sont cependant fragiles et bottent (accumulent de la neige) assez rapidement. Ils perdent alors en performance. Les skieurs de randonnée confirmés ont tendance à choisir des peaux de phoques en mohair.
  • Peaux de phoque mixtes : généralement composées de 70 % de mohair et 30 % de fibres synthétiques, ces modèles rassemblent toutes les qualités des matières précédentes. Leur bonne glisse, leur accroche optimale et leur résistance séduiront débutants et skieurs chevronnés.

Pour fixer vos peaux de phoque à vos skis de randonnée, vous aurez le choix entre des modèles à encoller ou autocollants. Les premiers sont très efficaces, mais nécessitent de prendre le temps de réencoller les peaux et de les ranger dans un filet de protection une fois votre ascension terminée. Les seconds sont faciles à utiliser et n’imposent aucun entretien particulier. En revanche, ils sont plus coûteux. Vous verrez également au moment de faire votre choix de peaux de phoque que différents systèmes d’attaches sont proposés.

Attache avec étrier en spatule

Il est compatible avec la plupart des skis. Il s’agit d’un étrier que l’on accroche sur l’avant du ski pour sécuriser la tenue de la peau de phoque.

Double attache spatule/talon

Ce système reprend l’étrier au niveau de la spatule et le complète par un tendeur à l’arrière. Cela permet de limiter le risque de voir les peaux se déplacer. Comme il alourdit un peu l’équipement, il est rare de voir des skieurs confirmés choisir des peaux de phoque munies de cette fixation. Elle est d’ailleurs principalement compatible avec les skis larges qui ont les faveurs des freeriders.

Attache avec insert

Certaines marques ont doté leurs skis de randonnée d’un petit trou au niveau de la spatule pour qu’ils puissent accueillir ce genre de fixation de peaux de phoque.

Attache avec tendeur rapide

Les skieurs de haut niveau sont particulièrement friands de cette fixation, qui permet de retirer très rapidement leurs peaux de phoque sans déchausser. Cependant, peu de marques offrent une compatibilité avec cette solution.

Comment choisir ses couteaux ?

Comment choisir ses couteaux ?

Quand les peaux de phoque ne suffisent plus pour assurer le système anti-recul sur la neige dure, et pour éviter les dérapages et les chutes, vous pouvez également emporter avec vous des couteaux. Vous aurez le choix entre les modèles suivants :

  • Couteaux fixes : ils s’accrochent aux skis entre les deux parties de la fixation. Ils offrent ainsi une accroche de neige continue et ne sont pas gênés par le positionnement des cales de montée. En contrepartie, ils freinent votre évolution. Ce type de couteaux de ski de randonnée est ancien et l’on en trouve de moins en moins.
  • Couteaux mobiles : ils s’attachent à la fixation avant. En se soulevant à chaque fois que le pied est levé, ils ne freinent pas l’avancée. En revanche, leur qualité d’accroche est minime, surtout lorsque l’on utilise les cales de montée.
  • Couteaux semi-mobiles : cette fois-ci ils sont attachés au ski. Ils pivotent à chaque fois que l’on avance. Avec de l’entraînement, il est possible de mettre et d’enlever ces équipements sans déchausser. En les transportant à portée de main vous n’aurez même pas besoin de retirer votre sac à dos pour les chausser.

Bon à savoir : quels couteaux pour les débutants ?

Lorsque l’on se lance dans le ski de randonnée, il n’est pas toujours facile de savoir si le parcours du jour nécessitera l’utilisation de couteaux. Les débutants seront donc séduits par les couteaux à demeure. Ces couteaux mobiles restent en effet constamment attachés à la fixation. Il suffit de les actionner ou de les désactiver en utilisant son bâton de ski. Pas la peine donc de déchausser. Les débutants apprécieront ce système qui permet d’avoir des couteaux à disposition, mais leurs skis de randonnée seront alors plus lourds.

Débutant ou expert, le choix de votre matériel de ski de randonnée sera dicté par la recherche d’un équipement aussi léger que possible. Il ne faudra cependant pas sacrifier votre sécurité. Pour vos premières sorties, privilégiez donc des skis et des fixations au poids plus conséquent, mais qui vous assureront confort et fiabilité.

Les trois points-clés pour choisir son équipement de ski de randonnée :

  • Pour faire face à de longues phases de montée, votre matériel de ski randonnée devra être le plus léger possible.
  • Le choix de vos skis de randonnée dépendra de votre programme et de sa répartition entre les phases de montée et celles de descente.
  • Pour vous aider dans les dénivelés positifs, vous pourrez ajouter des peaux de phoque pour améliorer l’adhérence de votre système anti-recul, voire des couteaux sur la neige dure.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.