Les bonnes pratiques du skieur éco-responsable

Les bonnes partiques du skieur éco-responsable

Au cœur des Alpes, le réchauffement climatique est, semble-t-il, trois fois plus rapide qu’ailleurs dans le monde. Selon une récente étude de Météo France, si la planète venait à se réchauffer de 1,8% de plus, les stations de ski situées à 1500 mètres d’altitude perdraient jusqu’à 40 jours d’enneigement. Nombreuses sont les stations qui pourraient carrément disparaître. Alors aujourd’hui, il est temps de de modifier notre comportement ! Découvrez donc les bonnes pratiques du skieur éco-responsable.

Skieurs et stations de ski doivent changer leur vision des sports d’hiver. Cette pratique pollue mais reste essentielle au développement économique des zones rurales de montagne. Voici quelques conseils pour concilier ski et développement durable.

Les bonnes pratiques du skieur éco-responsable

Choisir des stations engagées

La France compte 600 stations. Seules 52 se sont engagées à développer une politique économique et écologique alternative. Choisissez parmi celles-ci plutôt que de vous perdre dans l’infinité des stations que nous propose l’hexagone. Traitement des déchets, biodiversité et transport, les axes d’amélioration en termes de développement durable sont nombreux, alors autant encourager les villages déjà engagés dans cette transition.

L’hiver dernier par exemple, Tignes est devenue la première station du monde certifiée par le label Green Globe. Le plan des remontées mécaniques a été revu. Environ cent pylônes ont alors été supprimés. Cette mesure a permis de re-végétaliser les pistes pour plus de biodiversité.ski éco-responsable

Un autre label plus ancien existait déjà avant le Green Globe. Il s’agit du Flocon Vert. Mountain Riders, une association de protection de la montagne, a mis en place ce label pour récompenser les villages d’altitude engagés dans le développement. Ce label encourage les stations à innover en matière d’écologie. La Plagne a revu le chauffage de près d’une cinquantaine de ses logements, Chamrousse a complètement réaménagé le plan de ses remontées mécaniques, Saint Lary Soulan a mis en place une télécabine permettant aux skieurs d’accéder aux pistes sans avoir à prendre leur voiture. Ce sont tant d’initiatives que le label Flocon Vert a vu naitre. Nous ne pouvons que vous encourager à choisir ces stations et il en existe d’autres : Les Rousses, Chamonix, Villars sur Ollon…

Les petits plus pour protéger la nature au ski

  • Limitez l’usage de votre voiture. Le trajet des skieurs jusqu’auxstations représente 57% de la pollution d’un séjour au ski. Privilégiez donc les stations accessibles en train. Mille kilomètres en voiture émettent 170 kg de CO2. Le même trajet en train revient à seulement 23 kg par personne. Si la logistique est trop compliquée en train, pensez tout de même à privilégier les stations proposant des navettes gratuites.
  • Le chauffage des logements représente en moyenne 11% de l’énergie totale consommée par un ménage durant son séjour au ski. Il est important de ne pas surchauffer son appartement.
  • Faites attention au hors-piste. Une fois l’hiver tombé, certains animaux fuient l’activité touristique et construisent leur refuge à l’écart des pistes. Plus vous vous éloignez des pistes damnées, plus vous dérangez ces animaux de montagne.
  • Apprenez à apprécier la montagne même lorsqu’elle n’est que faiblement enneigée. La neige artificielle est particulièrement couteuse pour l’environnement. Il vaut mieux profiter des randonnées ou bien des pistes de ski de fond, plutôt que de skier à tout prix sur de la neige de culture.

A savoir :

La fabrication de neige artificielle dans les Alpes nécessite 95 milliards de litres d’eau par an, soit l’équivalent de la consommation annuelle d’une ville de 1,5 millions d’habitants, aussi grande que l’Agglomération Aix-Marseille.

  • Un point essentiel pour la protection de l’environnement : Ne jetez pas vos mégots de cigarettes dans la nature ! Chaque année des campagnes de nettoyage sont organisées. Plus de 30.000 mégots par remontées sont recensés. Sachez qu’un mégot pollue à lui seul 3m3 de neige.skieur éco-responsable
  • Lisez l’éco-guide des stations de ski mis en ligne par Mountain Riders. Vous y trouverez de nombreuses informations à propos de l’engagement sociétal des stations et des skieurs.

Vous l’aurez compris, la protection des montagnes ne relève pas seulement des skieurs. En revanche notre comportement peut inciter les stations à changer. Rien de mieux que réserver un séjour au ski pour mettre en application ces bonnes pratiques du skieur éco-responsable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.